Découvrir le monde en vélo

Voyager à vélo combine un certain nombre d’éléments uniques qui en font une expérience incomparable:

 

  • La liberté totale de mouvement: Je décide quand, où, et pour combien de temps je veux suivre un itinéraire. Je ne suis pas esclave des horaires de trains ou de bus. Lorsque l’on voyage avec la tente, on peut s’arrêter à l’endroit que l’on désire ou à l’endroit où le nécessite notre corps et le lendemain continuer à faire de kilomètres.
  • En général, en considérant les limites d’un vélo chargé de sacoches, il est possible de suivre des routes moins fréquentées et pas forcément en bon état afin de raccourcir un parcours ou d´éviter les grand voies. En Islande, ça nous a permis d’aller à des endroits aussi spectaculaire que Landmannalaugar, peu importe si nous devions traverser des rivières, rouler dans la boue ou le sable.
  • Il vous permet d’exploiter, comme peu d’autres moyens de transport, le principe selon lequel le côté authentique et unique d’un voyage n’est pas tant l’objectif (ou la fin) sinon la route elle-même et avec ces lieux inattendus, personnes et ces petites anecdotes. C’est ce qui restera dans la mémoire !
  • Ça semble un peu stéréotypé lorsque vous commencez à vous informer sur le cyclo-tourismes, mais sûrement l’un des éléments les plus extraordinaires du voyage en vélo est l’équilibre entre un rythme assez rapide pour se déplacer entre les points d’intérêts d’une région, mais aussi assez lent pour réaliser et apprécier les petits détails dont nous avons parlé plus tôt. Pédaler tandis que des oiseaux comme le « courlis corlieu » vous accompagne sur une centaine de mètres (il semble en réalité qu’ils protègent ainsi leurs petits) ou l’adrénaline d’une descente interminable sont des moments qui n’ont pas de prix.
  • Peut-être l’un des points fort les plus évidents est le fait de faire tous ces kilomètres sans autre carburant que celui qu’exige votre corps. Mais pas seulement cela, sinon aussi la satisfaction personnelle de réussir ces étapes à la force de sa propre sueur et bien-sûr l’impact positif sur la condition physique.
  • La question économique n’est pas à négliger. Je ne pense pas que quiconque s’aventure dans un voyage en vélo le fait pour réduire les coûts, mais clairement pouvoir parcourir tous ces kilomètres à l’aide d’un vélo qui à son tour nous permet d’emporter notre propre nourriture et la popote pour cuisiner, réduit considérablement les frais.